Mois : septembre 2018

Collectif « pour la réussite de tous les enfants à l’école »(Travail avec le groupe ICEM pédagogie Freinet)

Nous sommes d’accord sur cette hypothèse que les enfants des milieux populaires souffrent à l’école parce qu’il n’y a pas suffisamment de prise en compte et d’effort de compréhension de leur réalité. Il manque pour eux une cohérence entre les différents milieux auxquels ils sont confrontés. Le corps enseignant a la responsabilité de l’ouverture de l’école sur le quartier, de l’organisation de la rencontre avec les familles. Mais cette institution ne peut pas réaliser ce travail seule et de manière isolée. Nous souhaitons engager tous ensemble un chantier, dans la durée, pour rechercher à offrir les meilleurs conditions pour construire une communauté éducative qui assure de manière effective notre responsabilité collective dans l’éducation des enfants, avec les différents acteurs du champ éducatif, les parents. Condition incontournable pour permettre à chaque enfant de faire des liens entre les différents espaces dans lesquels il évolue et de trouver ainsi du sens et de la cohérence dans les apprentissages organisés de manière différente à l’école, enfamille, dans le milieu associatif…. Nous souhaitons pouvoir porter ces questions à l’échelle de la ville où les décisions politique se prennent. Plusieurs pistes sont à construire : mettre en évidence que le savoir est partout, et qu’il est nécessaire que tous les espacesd’apprentissage (école, familles, associations, DRE….) se rencontrent , s’organisent ensemble pour que les enfants comprennent la cohérence entre tous ces espaces et en retire d’utiles enseignements de façon à devenir le plus possible« citoyens ». que l’école n’est pas juste un lieu d’apprentissage d’un métier qui permette aux enfants de pouvoir s’inscrire sur le marché du travail. Qu’il est indispensable que l’école crée les conditions d’un bien être pour que les enfants puissent prendre une part active dans leurs apprentissages. La première démarche pour assurer les conditions de ce bien être est d’ouvrir l’école aux parents. Catherine Hurtig Delattre auteur du livre: « la co éducation à l’école c’est possible », peut beaucoup nous apporter dans cette recherche.Nous envisageons une rencontre courent du mois d’Octobre pour démarrer ce travail et peut être l’ouvrir à d’autres. Par exemple ATD Quart Monde qui a réalisé un travail magistral concernant cette notion de croisement des savoirs où chacun est considéré comme expert, « sachant » et est invité à apporter sa contribution pour trouver les solutions les mieux adaptées aux besoins repérés ensemble.

Publié par Terrain D'entente dans 1001 territoires, 0 commentaire