2019

La fête d’Halloween!

« C’est une fête extrêmement ancienne. Elle annonçait le début de l’hiver et représentait le moment où le monde surnaturel et le monde rationnel se rejoignaient…. »

Peu nous importe en fait, le sens précis de cette fête. L’objectif n’est pas d’être fidèle à une tradition qui nous reste somme toute très lointaine. 

Quelle qu’en soit l’origine exacte, la fête d’Halloween est devenue une coutume pour notre collectif!

Elle n’est pas seulement un prétexte pour réaliser un évènement qui rassemble le plus grand nombre. De ces moments privilégiés qui sont l’occasion d’inviter très largement à Tarentaize: les familles que nous connaissons, les amies des familles, les amies des amies…..

Elle est devenue une opportunité de construire quelque chose qui fait grandir notre capacité à nous  organiser collectivement. Chaque fête d’halloween est bien meilleure que la précédente et le bilan qu’on ne peut que se féliciter de faire, promet encore des améliorations pour la prochaine!

A quoi doit-on un tel succès? 

A l’enthousiasme et à la participation active des enfants bien sûr!

Années après années, ils deviennent les promoteurs de cette journée, ils en donnent le tempo. Cette ambiance féerique, surnaturelle est très propice à laisser libre cours à l’imagination, la créativité, et les enfants sur ce terrain là, nous devance de plusieurs longueurs! 

Et c’est un réel plaisir pour nous adultes, de nous laisser guider, de nous laisser porter par tous ces élans, par toutes ces audaces, par cette légèreté et cette joie. 

Une occasion à ne pas manquer de lâcher prise, de sortir des rôles, des places où l’on est assigné. On  se retrouve tous à la même hauteur. On reprend des idées antérieures pour les améliorer, et d’autres envies nous viennent tout au long des semaines qui  précédent cette journée particulièrement magique. 

La fête d’Halloween nous donne un projet en commun. Et toutes les idées sont les bienvenues pour enrichir cette fête, là rendre encore plus folle, dépasser les limites du convenable. 

Les semaines de préparation, tout ce temps où on se projette dans cette perspective sont bien aussi riches, festives que le jour en lui même. 

De plus en plus de mères de familles rejoignent ce temps d’organisation. Nous vivons des heures de préparations tellement joyeuses qu’on peut affirmer que le travail est une fête!!!

Dans cette époque où le travail est pour beaucoup un vécu de souffrance, soit parce qu’il manque soit parce qu’il est réalisé dans des conditions indignes, nous goûtons, pour quelques jours,  aux bénéfices d’un travail librement consenti et libéré des contraintes.

Les enfants nous précèdent et ils nous encouragent à oser, à dépasser les bornes. Des moment de jubilation partagés qui nous rendent plus entreprenants, plus audacieux pour tenter des situations qui paraissent impossibles. On va se faire très peur, on va être le plus hideux possible… 

Nous subissons une époque où les  modes de relations  sont toujours plus policés, où toute manifestation un peu trop bruyante, un peu trop exubérante est perçue de manière négative et devient de plus en plus proscrite. Toutes ces convenances sociales imposées nous réduisent, nous cantonnent dans des comportements « acceptables », autorisés. 

Pour cette occasion, nous nous offrons tous ensemble, un petit espace de liberté. Un peu dérisoire certes, mais nous l’éprouvons ensemble, et il nous donne l’énergie et l’envie de renouveler cette dynamique pour vivre d’autres expériences . Un petit goût de liberté, une petite promesse de relations qui peuvent se construire différemment.

Toutes ces semaines d’organisation et de projection nous promettent un temps où on va s’autoriser tout et n’importe quoi! L’organisation est bien réelle et très pensée, mais pour cette occasion là, c’est notre collectif et lui seul qui décide de ce qui est possible, de ce qui est permis….Un petit plus d’émancipation très modeste certes, mais éprouvée et partagée!

Et, à l’occasion de la fête du 31 Octobre 2019, nous avons pu mesurer ce que produit un espace organisé à partir de ce que le collectif lui même estime acceptable, adapté…. Avec la volonté commune de réaliser un évènement ouvert à tous.

Une douzaine d’enfants se sont portés volontaires pour être durant tout l’après midi, les animateurs des différents stands qu’ils avaient prévus et installés. Ces douze enfants ont fait le choix de ne pas « profiter » eux mêmes  de toutes ces animations. Ils ont consenti à ne pas déguster la grande diversité des friandises  que chaque famille avait apporté, s’ingéniant à transformer un gâteau en araignée, des biscuits en os de squelette…… 

Ils étaient présents le matin pour la préparation matérielle, ils sont restés le soir pour tout ranger! Et nous étions tous tellement fiers du contenu de cette journée!

Qui peut dire que les enfants sont réticents au travail?

La condition pour qu’ils s’y prêtent avec la meilleure volonté, et en donnant le meilleur d’eux mêmes, c’est qu’ils se sentent auteurs! 

Quel cadeau de pouvoir être un adulte aux côtés des enfants et de pouvoir ainsi puiser dans cet élan de vie.

Publié par Terrain D'entente dans 2019, Évènements, Rencontres, 0 commentaire

TERRAIN D’ENTENTE MODE D’EMPLOI

Pour ceux et celles qui voudraient mieux comprendre notre démarche, il est important de faire un petit retour sur ce qui a motivé la mobilisation d’une poignée de militants et de décrire au mieux notre mode d’organisation et l’évolution de ce petit collectif. 

Nous avons voulu répondre à une demande d’enfants qui nous rejoignaient, de plus en plus régulièrement, aux permanences d’accès aux droits ouvertes aux adultes, sur le quartier, dans le cadre du Portail « Pour l’accès aux droits sociaux ». Ils réclamaient du temps de présence, ils se dénommaient « les galériens ». Des enfants qui se retrouvent seuls sur l’espace public, qui ne sont pas inscrits au centre de loisir, qui n’ont pas d’activité sportive, qui ne partent pas en vacances

Depuis Avril 2011, nous proposons des ateliers de rue, tout au long de l’année au pied des immeubles, dans le quartier Beaubrun/Tarentaize à St Etienne, au Parc Jean Ferrat. Nous apportons des tapis, des jeux diversifiés pour tous les âges. Nous offrons un temps de présence pour rejoindre les familles qui ont très peu accès aux structures censées accueillir tout le monde.                                                                                                                              

Notre accueil est libre, inconditionnel et gratuit.       

 –    Un accueil libre, où l’on vient quand on veut, et l’on part quand on veut. C’est le respect du temps des personnes qui nous rejoignent quand c’est utile et possible pour elles.

–    Un accueil inconditionnel, pour tout le monde. Notre collectif organise ces rencontres à partir du multi âge et du multiculturel. 

–    Un accueil gratuit qui nous met dans un lien d’égalité où chacun participe en fonction de ses centres d’intérêt et non de ses possibilités financières.

Notre équipe est constituée d’une militante permanente, fondatrice de l’association, qui travaille bénévolement et de deux personnes plus présentes sur les tâches administratives, et ponctuellement, sur les différents temps de rencontre.                                                                         

Deux personnes sont employées, au travers d’un CCD, pour assurer la coordination de l’équipe et de ce qui se développe au fil des années.                                                                                         

Des jeunes travailleurs sociaux en formation nous rejoignent chaque année pour un temps de stage d’une durée de deux à 9 mois.                                                                                                     

Des jeunes volontaires en services civique, sur un contrat de 10 mois, sont présents tout au long de l’année.                                                                                                                                 

Tout au long de ces années, des personnes bénévoles nous ont rejoint, se sont engagées avec nous, puis sont reparties. 

Le statut très fragile, très précaire de notre association, nécessite l’implication de chacun pour agir, penser, comprendre la réalité et que les projets puissent aboutir. Une forte relation de confiance et de reconnaissance réciproque s’est construite entre nous. Les liens s’approfondissent avec beaucoup. On estime ensemble aujourd’hui, que nous avons dépassé le stade de la relation classique au sein d’une association, avec des « responsables » et des « adhérents ». Nous pouvons compter sur les ressources des uns et des autres pour développer ce qui nous parait utile et nécessaire. Nous avons développé une histoire commune, des centres d’intérêt communs, notamment le soucis du bien être des enfants.

Toutes les actions que nous menons à bien se construisent avec la participation active d’adultes et d’enfants de plus en plus nombreux. Il existe différents espaces de participation démocratique :

 –  Le café des femmes le vendredi après midi où on partage nos préoccupations, nos envies, où nous élaborons des projets à partir des besoins manifestés.

 –  Le conseil des enfants le samedi après midi, où chacun est invité à dire comment il vit ces temps collectifs, où on réfléchit à la meilleure façon de régler certaines difficultés, où nous élaborons des projets. 

 –  Le CA, des adhérentes habitantes du quartier (6 à 15), décident des orientations de l’association. Il se réunit une fois par mois depuis octobre 2018.                           

 –  Le café des ados le jeudi à 17h. Pour parler des difficultés, construire des projets à partir des envies.

Nous avons développé des actions qui sont devenues pérennes, depuis bientôt 9 ans. Nous poursuivons les ateliers de rue, (tous les mercredis et samedis, et les mardis et vendredis pendant les vacances scolaires). À partir de cet espace, nous organisons de plus en plus régulièrement, avec les enfants, différentes sorties, à leur initiative (Piscine, sorties natures, cinéma, théâtre, temps de lecture dans une librairie d’enfants, atelier bricolage organisé par un autre collectif). 

Les enfants ont su manifester leurs inquiétudes et leur difficulté à accomplir seuls le travail scolaire, nous proposons des temps réguliers pour l’aide aux devoirs, et également une présence auprès des adolescents, qui souhaitent se retrouver après l’école, dans un espace où ils se sentent accueillis. ces temps sont organisés dans une salle mise à disposition de la Mairie.

Suite à nos conversations avec les adultes qui nous ont rejoint au cours de ces temps de présence réguliers les mercredis et samedis après midis, des espaces se sont crées pour répondre à des besoins, et des envies. La garde mutuelle des bébés le Jeudi après midi et le café des femmes le vendredi après midi dans les locaux mis à disposition par le Centre social du quartier « le Babet. »

Des moments exceptionnels, rythment l’année, ils sont également construits à partir de ce que manifestent les enfants, les adultes. La période du Ramadan est un temps très privilégié de l’année pour les familles de confession musulmane, elle conditionne l’agendas de notre association. Nombreux sont les adhérents de Terrain d’Entente à vivre sur ce rythme. Chaque année, nous souhaitons manifester notre marque d’attention et de respect sur ce temps fort et important. Chaque vendredi soir, nous nous retrouvons au Parc Jean Ferrat, pour fêter la rupture du jeûne.

Les « rencontres pays d’origine » sont proposées en fonction des envies des adultes de présenter leur région d’origine. Nous nous adressons à des familles qui sont nombreuses à avoir migrées, en laissant loin derrière, une partie d’elles même, une famille, des racines. À l’heure où les migrations sont interprétées comme des menaces, un danger, qui justifient la fermeture de toutes les frontières, nous affirmons ensemble que ceux qui rejoignent ce territoire sont pour nous tous une ressource, une richesse et une force. Ces rencontres sont l’occasion de découvrir d’autres façons d’appréhender la réalité et de l’organiser au quotidien, de partager nos compréhension du monde, nos cultures et de nous enrichir mutuellement.                                                                                                                          

Un diaporama est réalisé et commenté par leurs autrices, au cours de ces rencontres. Eh puis nous dansons, nous chantons, nous dégustons des saveurs qui nous font vivre et goûter des petits bouts de nos diversités. Autant de fenêtres qui s’ouvrent sur le monde qui devient plus accessible et plus joyeux.

Avec les adultes, nous avons mis l’accent depuis quelques années, sur les ateliers beauté, bien être et les sorties au Hammam. « Le hammam, on le reporte tout le temps ». Ces femmes ont très peu d’occasion pour prendre soin d’elles. Il y a des choses plus vitales à tenir pour essayer de construire un quotidien acceptable. Ces temps que l’on consacre à soi même et aux autres nous paraissent de plus en plus essentiels. Une petite exception dans le quotidien, un petit changement, un peu d’énergie retrouvée, et le regard qui change sur soi même, change sur ce qui nous entoure, change sur ce que nous ressentons comme possible. Nous retrouvons le sens, l’envie et l’énergie de construire avec d’autres. Les ateliers beauté, coiffure, maquillage, épilation, coloration, sont entièrement pris en charge par les adhérentes. Chacune participe aux frais, apporte le matériel nécessaire, consciente de la fragilité financière de notre association et volontaire pour apporter sa contribution de façon à la rendre pérenne. Latifa, masseuse, réflexologue et aromathérapeute, propose des séances d’auto  massage une fois par mois. 

Ces familles, pour la plupart, subissent un enfermement sur leur lieu d’habitation qui les dévitalise. Toutes, pour décrire cette situation, évoquent des termes très éloquents : il est question de « prison », de « fond du puits », de « galère »…. La demande de sorties est permanente, pressante. Avec des moyens dérisoires, nous tentons des réponses, en saisissant des opportunités. Le centre social bénéficie d’un financement de la CAF, durant la période estivale, pour organiser des sorties « familles ». Durant les deux mois été, des sorties au bord de l’eau sont proposées chaque mercredi.

Au jardin « Les Moyens du Bord », dans un magnifique espace de nature qui surplombe la ville, nous retrouvons cette association amie, quelques journées durant l’été, pour partager des temps de cuisine collective, des ateliers d’expression artistique, des spectacles.

Depuis plusieurs années nous organisons des séjours vacances dans une ferme en Haute-Loire. Nous rejoignons des amis paysans boulangers, éleveurs de chèvres avec lesquels nous construisons ces séjours. Depuis deux ans, nous nous sommes associés à différents collectifs, pour gérer une propriété,dans les Monts du Forêt, à Champoly. Des séjours ont été réalisés pour rassembler des membres de ces collectifs et créer ainsi des opportunités de rencontres, des petits temps de vie qui nous sortent de nos cloisonnements, de nos entre soi.                                                                                                               

Les enfants sont nombreux à souffrir à l’école, à ne pas y trouver leur place, à ne pas arriver à se rendre disponibles pour apprendre, et à, finalement, estimer qu’ils n’ont « pas de cerveau ». Au fil des années, leurs ambitions se réduisent, ils renoncent d’eux mêmes à poursuivre des études. Face à ce désastre, à cette très préjudiciable blessure narcissique, où les enfants n’osent plus rêver à un avenir où ils pourraient se réaliser, nous recherchons d’autres modes d’expression pour chacun qui le valorise, qui mette en évidence des capacités bien réelles. Nous développons des ateliers d’expression artistique après avoir repérer les envies, pour mettre en évidences tous ces talents qui ne demandent qu’à s’exprimer. En fonction également des personnes qui rejoignent notre équipe, tout au long de l’année, nous proposons du théâtre, du rap, de la peinture, des paperolles, des origamis…

Les Ateliers cuisine sur le terrain sont également un moyen pour produire des choses ensemble, se rapproprier notre pouvoir d’agir. Nous apportons régulièrement une carriole fabriquer par un ami et nous réalisons avec les enfants, notre goûter du jour. D’autres envies ont émergées de cette pratique régulière, nous organisons des après midis « galettes » cuites au feu de bois, à partir d’un foyer réalisé par les enfants. Les mères prennent alors en charge la cuisine, et s’occupent de tout les nécessaire: l’achat des denrées, les ustensiles de cuisine.

Nous insistons également sur l’accès aux droits et nous nous inquiétons notamment des conditions de travail qui se détériorent. Ces femmes quand elles travaillent sont pour l’essentiel femmes de ménage. Elles se retrouvent toutes dans des conditions indignes, leur santé est mise à mal. Leur corps est véritablement malmené, beaucoup développent des troubles musculo-squelettiques invalidants. Certaines, à 35 ans ne peuvent plus exercer leur métier. Nous avons construit un partenariat avec la médiatrice santé du quartier, une assistante sociale de la sécurité sociale,  une juriste, des militants de la LDH, et nous recherchons des issues sur ces problèmes de santé au travail. 

En fonction des événements qui frappent notre société et qui nous indignent, nous trouvons des modes de manifestations, d’actions. Nous recherchons à exprimer nos valeurs, nos aspirations de manière publique.

Nous avons organisé une soupe, sur l’espace public, suite à l’attentat contre Charlie Hebdo en 2015, pour faire la démonstration qu’il est possible et heureux de construire des choses tous ensemble et de pouvoir faire société commune. De nombreuses familles voulaient affirmer qu’elles s’indignaient face à la violence de cet attentat. Mais nous voulions également manifester notre inquiétude face à  la stigmatisation des citoyens de confession musulmane, des populations qu’on cherchait ainsi à opposer aux autres. Nous avons souhaité manifester notre sentiment d’injustice face à cette tentative d’amalgame, qui a semé le trouble et la confusion. Nous sommes face à de très graves et très préjudiciables injustices qui se multiplient toujours depuis ces dernières années. Il s’agit pour nous de les identifier clairement pour se donner les moyens d’y apporter des réponses adaptées. 

Certains étés, nous organisons un tournoi de foot, en soutien au peuple palestinien avec le collectif BDS (Boycotte, Désinvestissement, Sanction en direction du gouvernement d’Israël). Notre modeste contribution à cette solidarité internationale pour dénoncer ce génocide et ce massacre qui perdurent depuis bien trop longtemps et réclamer que le peuple palestinien puisse bénéficier enfin du droit internationale pour exercer sa souveraineté et reconstruire un état de droit et de dignité.

Un autre tournoi de foot a été réalisé en hommage à Yassin, 20 ans, qui est mort assassiné. Yassin était un enfant du quartier. C’était une façon pour nous de dire que nous ne voulons plus de cette sauvagerie pour nos enfants. La violence est partout. La violence pour nos jeunes, c’est d’abord de ne pas pouvoir choisir une formation, un métier qui leur plaise vraiment, de ne pas avoir un revenu suffisant pour vivre bien. Nous voulons nous battre ensemble contre cette injustice qui bloque leur avenir.

Nous participons au bal populaire du 14 Juillet que le collectif « Les cris du quartier » propose depuis quelques années. Nous avons été sensibles à cette invitation qui rassemble plusieurs associations qui interviennent dans différents quartiers. Toutes développent des démarches d’éducation populaire et réalisent des actions culturelles, sportives, citoyennes qui s’adressent à tous. Tout un réseau se développe pour mutualiser et enrichir les initiatives de chacun. Une journée de fête ouverte à tous, où chacun apporte sa contribution.

Les ados deviennent beaucoup plus partie prenante dans nos actions. Plusieurs ont participé à l’organisation des tournois de foot. Nous avons pu organiser une grande fête d’Halloween au parc Courriot avec plusieurs jeunes, qui ont fait preuve d’une grande créativité. Certains viennent nous prêter main forte pour l’aide aux devoirs. 8 se sont organisés pour être admissibles au Fond de Participation des Habitants, en rédigeant un dossier qu’ils ont présenté à une commission. La somme d’argent qu’ils ont récolté a contribué largement au coût d’un séjour à la Ferme des fromentaux à Retournac, pendant les vacances de printemps.  Des projets plus en direction des filles deviennent possibles également.

Nous avons initiés des collectifs que nous allons poursuivre :

Le Collectif « Accès aux vacances pour tous ». La marchandisation des vacances a eu pour conséquence d’une part, de supprimer en l’espace de quelques années, la moitié des lieux d’accueil, et de priver ainsi un nombre de plus en plus important de personnes d’espace de ressourcement pendant l’été ; et d’autre part, de nous faire devenir consommateurs de loisirs. Nous avons réfléchi au sens des départs en vacances. Partir, c’est l’occasion de rencontrer d’autres personnes, de découvrir d’autres façon de vivre et de comprendre la réalité. Dans cette société qui se segmente, le temps des vacances peut être l’occasion de construire d’autres relations humaines. Il nous faut développer des opportunités de rencontre avec tous. Cette aspiration concerne de plus en plus de monde, au delà des familles des milieux populaires.                                                              

Le Collectif pour la réussite de tous les enfants à l’école avec le groupe ICEM Freinet. Nous émettons l’ hypothèse que les enfants des milieux populaires souffrent à l’école parce qu’il n’y a pas suffisamment de prise en compte et d’effort de compréhension de leur réalité. Le corps enseignant a la responsabilité de l’ouverture de l’école sur le quartier, de l’organisation de la rencontre avec les familles. Mais cette institution ne peut pas réaliser ce travail seule et de manière isolée. Nous souhaitons engager un chantier, dans la durée, pour rechercher à offrir les meilleurs conditions pour construire une communauté éducative qui assure de manière effective notre responsabilité collective dans l’éducation des enfants, avec les différents acteurs du champ éducatif, les parents.    

Condition incontournable pour permettre à chaque enfant de faire des liens entre les différents espaces dans lesquels il évolue et de trouver ainsi du sens et de la cohérence dans les apprentissages organisés de manière différente à l’école, en famille, dans le milieu associatif….   

Il est nécessaire que tous les espaces d’apprentissage se rencontrent , s’organisent ensemble pour que les enfants comprennent la cohérence entre tous ces espaces et en retire d’utiles enseignements de façon à devenir le plus possible « citoyens ».                                                                                                                                                                                                               

Cette démarche particulière s’est inspirée de ce que développent d’autres collectifs à l’échelle du territoire, depuis près de 20 ans : Intermèdes Robinson à Lonjumeau dans l’Essonne, Madame Rutabagga à la Ville Neuve à Grenoble. Nous sommes ensemble engagés dans une démarche d’éducation populaire qui se réfère à la pédagogie sociale 

La pédagogie sociale est une pédagogie engagée, une pédagogie de l’action. Elle se base sur la réalité sociale et sa critique, avec la volonté de construire un projet collectif, d’initier quelque chose qui n’existe pas encore, pour transformer cette réalité, pour là rendre plus vivable, plus habitable.

Depuis toujours, elle s’adresse à une population à l’ère de la précarité, des catastrophes sociales. C’est une pédagogie de l’urgence qui tente de retisser des relations sociales. Face à la précarité, nous cherchons à créer du durable, de l’ordre d’une sécurité relationnelle et sociale. Nous le réalisons à partir d’une pratique sociale communautaire à durée indéterminée.

Ces collectifs mettent en évidence ce que la société produit de plus violent : les ravages de la précarité, qui rendent impossible pour ces familles des perspectives d’avenir. Des familles qui ne peuvent pas s’inscrire dans un avenir commun, condamnées à la solitude, à l’incertitude, à l’instabilité permanente. Les conditions de travail indignes, l’inscription dans une logique de survie où on renonce peu à peu à faire valoir des droits, l’intégration de son statut dans la société « on est des arabes, on ment, on vole! », l’auto enfermement.

Ces collectifs mettent en évidence le travail considérable du quotidien réalisé par ces adultes pour assurer le plus de sécurité possible à leur famille, les ressourcesles forces de mobilisation qui se manifestent, si on sait être présent et impliqué, dans la durée. Les aspirations à produire collectivement des choses utiles à la société. Et enfin, les capacités des enfants et des jeunes qui s’adaptent en permanence à l’imprévu, qui font face aux dangers de la rue. Des enfants et des jeunes qui prennent en main les choses: ils se saisissent de toutes les opportunités qui se présentent, ils s’ inscrivent seuls à des club sportifs et en assument les contraintes, prennent en compte le budget familial et renoncent aux activités dont ils rêvent quand ils les estiment trop coûteuses. Ils prennent des initiatives lorsqu’on sait être présents à leur côté  de manière inconditionnelle.

Ces ressources qui donnent la force et le souffle pour continuer sans relâche de rechercher des solutions d’espoir.

Publié par Terrain D'entente dans 2018, 2019, 2020, Fonctionnement de TERRAIN D'ENTENTE, 0 commentaire

TERRAIN D’ENTENTE A L’HEURE DE L’OVALIE

Tournoi à Saint-Etienne

Depuis septembre 2018, un partenariat entre l’association Terrain d’Entente et le club de rugby de Saint-Etienne, le RCSE, a déjà permis à 11 enfants de pratiquer le rugby de manière régulière : 5 en 2018 et 8 en 2019, dont 2 qui sont restés les deux années.

Ainsi, ces enfants (dont deux filles), âgés de 5 à 11 ans, participent aux séances d’entrainement les mercredi après-midis et vendredi soirs, ainsi qu’aux 9 tournois annuels avec les équipes des moins de 6, 8, 10 et maintenant 12 ans du RCSE.

Le rugby -seul sport de combat collectif – impose naturellement l’entraide et la solidarité pour affronter les difficultés. Ce qui correspond pleinement aux objectifs pédagogiques proposés par Terrain d’Entente.

En effet, ce sport éducatif cumule par sa pratique des valeurs propres aux sports de combats (le respect de l’autre, l’humilité et la confiance en soi) ainsi que celles que l’on retrouve dans les sports collectifs (solidarité, esprit d’équipe, capacité d’écoute et de communication et confiance en l’autre).

Bien que parfois certains(es) n’ai pas tout le temps l’envie de participer, les familles assurent pleinement la continuité éducative indispensable pour la pratique d’une telle activité et accompagnent leurs enfants jusqu’à l’Etivaliére (lieu des  entraînements) et même au-delà pour les tournois : Feurs, Roanne, Montbrison, Villefranche, Lyon, Roche la Molière, Villeurbanne, etc.

Cette assiduité à la pratique d’une activité, qui nécessite d’importants efforts psychomoteurs et de discipline, provoque des évolutions d’attitudes considérables et remarquables sur l’écoute attentive des enfants durant les moments d’explication de consigne d’un jeu et ainsi directement sur le respect des règles et du déroulement de ce dernier.

D’ailleurs, il arrive maintenant que nous ayons droit à une partie de rugby durant nos temps de présence sur le parc Jean-Ferrat, sans les plaquages pour le moment…

Cette activité a aussi permis à Saïf, Ibrahim, Sabri, Youness, Lowan, Azziz, Amine, Karim, Djiane, Célia et Adem de découvrir des Oscar, Manoé, Martin et autres Maxime. Cela peut paraître évident ou défendu par nos institutions, mais ce projet a mis en valeur le cloisonnement racial dont sont victime les enfants des quartiers de Tarentaize et Beaubrun. En effet certains enfants ont manifesté leur curiosité, appréhension à pratiquer auprès des camarades de jeu : « bizarres », « aux cheveux jaunes ». En questionnant un peu on s’aperçoit que ce sont pour certains les premières relations établies avec des enfants « blanc » !

En effet, le rugby –  encore perçu comme un sport « élitiste » – attire bien souvent les classes sociales les plus aisées, bien qu’au club de Saint-Etienne il existe déjà et au-delà de ce partenariat une certaine mixité.

Enfin, nous avons sollicité la municipalité et l’Etat pour un accompagnement financier de ce projet coûteux en accompagnement, transport et prix de la licence, mais restons sans réponse de leur part actuellement. Fort heureusement, le RCSE a fait un effort considérable pour rendre ce partenariat possible, en réduisant de 70 % le prix des licences pour les enfants de Terrain d’Entente !

A suivre…

Bertrand.

Tournoi à Roche La Molière
Publié par Terrain D'entente dans 2019, 2020, Activités en extérieur, Sport, Témoignage, 0 commentaire

La fête du 31 Décembre 2019

Au cours d’une réunion mensuelle du CA de notre association, plusieurs femmes nous annoncent leur décision d’organiser une fête du quartier pour le dernier jour de l’année.

Tout a déjà été élaboré par ces adultes, elles demandent simplement de recevoir l’adhésion de notre commission pour s’employer à rendre possible ce projet….

Quel extraordinaire chemin parcouru ensemble.

Des voisins dont certains ne se parlaient que très peu, se sentent aujourd’hui légitimes pour inviter tout un quartier à participer à une fête.

Ce n’est pas certain que ce soit une possibilité qu’on puisse envisager là où on vit, avec nos propres voisins!

« On a dépassé le stade de l’association avec des membres responsables et des adhérents. On est tous au même niveau et on organise les choses ensemble! » 

C’est un membre très actif de notre collectif qui avait fait cette remarque quelques temps auparavant.

Ce ne sont pas que des mots.

A Terrain d’Entente, des femmes, des enfants, des jeunes participent très concrètement à tout ce que nous construisons depuis toutes ces années.  

Pour rendre possible cet évènement, il a été nécessaire de présenter un projet très argumenté devant une commission, le Fond de participation des habitants, pour pouvoir prétendre à un financement. Tout un travail s’est auparavant réalisé à plusieurs pour évaluer les dépenses: celles qui concernaient le menu, la décoration, l’animation. Rien n’a été laissé au hasard, certaines ont même pensé à rétribuer la participation des employés de Terrain d’Entente.

Sur cet évènement précis nous avons été « les petites mains » qui assuraient certains trajets pour les courses, la réception de matériel, l’acheminement des plats cuisinés dans la salle où se déroulait notre fête.

Il nous avait été demandé également d’organiser l’après midi avec les enfants. Les conditions météo ont permis après le repas, et le spectacle, de réaliser  un tournoi de foot préparé avec enfants où tous ont pu participer, quelque soit leur âge.

De la conception de la fête à sa réalisation concrète, tout a été pris en charge par plusieurs habitantes du quartier!

L’organisation a été décidée au café des femmes. Des volontaires ont prévu de participer au nettoyage de la salle, la décoration a été réalisée par un groupe d’enfants accompagnés par des ados, le repas a été préparé par quelques unes, le service était assuré par d’autres, le nettoyage et le rangement de la salle ont été également anticipés.

Il ne faut jamais oublier de préciser qu’il s’agit de femmes, mères de familles qui doivent donc prévoir la garde des enfants quand elles réalisent toutes ces tâches. Les pères sont alors mis à contribution!

Une très belle fête!

Nous avons été accueilli dans une salle transformée en restaurant. Chapeau pour la déco!

Il était prévu une grande diversité d’entrées, une paella,  des gâteaux commandés chez un excellent pâtissier et tout une série de friandises offertes aux petits comme aux grands!

Plusieurs adultes se sont improvisés en Monsieur, Madame Barba papa

Aldérik, un ami artiste de l’association, a fait une magnifique prestation à coup d’accordéon, de chants, de rollers. Wafid, Kacem et Lohan nous ont offert une très belle démonstration d’acrobatie, hip hop.

Eh puis bien évidement nous avons dansé!

Nous avons su faire le bilan de cette journée au café des femmes. Nous avons pu remercier celles qui avaient donné tellement de temps pour rendre possible ce beau moment.

Mais tout n’a pas été parfait, comme d’ailleurs tout ce qu’on réalise au sein d’un collectif!

Et nous avons su nous dire ce qui n’a pas marché, nos déceptions, nos agacements. De ces moments où on sait prendre le risque de blesser, de ne pas être compris. Où on trouve le courage de dire en vérité.

Là aussi, on peut apprécier le chemin parcouru ensemble.

Dans combien de collectifs il est possible de faire le bilan d’une action et malgré les amertumes, les déceptions, savoir reprendre le fil des relations? Combien savent continuer à entreprendre d’autres projets, fort des erreurs reconnues et des enseignements qu’on a su en retirer ensemble?  C’est le challenge de tout collectif, le plus difficile à affronter et en même temps l’incontournable pour continuer nos avancées. Nous développons ensemble des savoirs nouveaux qui permettent de réelles évolutions.

Terrain d’Entente c’est ça. C’est cette volonté chevillée au corps de continuer à chercher des solutions pour réaliser des actions indispensables pour que la vie devienne meilleure. Sachant qu’on prend le risque que tout ne soit pas parfait, en partant de la dureté du réel. Et le rêve peut devenir réalité. Le rêve d’arriver à construire un collectif où chacun trouve sa place, où chacun trouve la force de s’affronter aux autres parce que chacun a retrouvé sa légitimité.

Publié par Terrain D'entente dans 2019, 2020, Évènements, Fêtes de fin d'année, Rencontres, 0 commentaire

SEJOURS A MONTMIRAL – ETE 2019

A l’initiative de quelques familles et enfants fréquentant régulièrement l’association, nous avons construit ces deux séjours dès le mois de janvier 2019, avec comme finalité de proposer un cadre de « vacances » aux familles qui n’ont aucune – ou peu de – perspective de départ durant l’été. L’objectif restant toujours pour Terrain d’Entente que les projets s’adressent à tous, de manière inconditionnelle.

Nous avons tout d’abord appréhendé les besoins et attentes de chacun et les avons adaptés à nos opportunités et moyens à disposition : c’est ainsi que ce sont dessinés ces deux séjours sur le site de la Ronde lierre, à Montmiral (26) – les propriétaires étant sensibles à notre démarche.

La commission chargée de cette organisation s’est réunie très régulièrement durant plusieurs mois. Elle a choisi de séparer les deux séjours. 

-Le premier concernait  un groupe d’enfants, moteur de l’initiative, du 01 au 05 juillet

-un second groupe, du 05 au 09 août, composé autour de familles très investies dans la construction de ce projet et qui avaient bénéficié de vacances collectives avec l’association à la ferme des Fromentaux l’année précédente.

Afin d’accompagner leur bon déroulement, une équipe pédagogique s’est organisée pour partager  ces deux semaines : Kaoutar, Ramzi et Bertrand. Lors du premier camp, Lyina, volontaire en service civique est venue compléter cette équipe.

A l’exception de Bertrand, qui connaissait déjà le lieu, l’ensemble des participants sont partis à l’aventure dans ce site qui nous propose un type d’accueil assez particulier : dormir dans des cabanes – sans électricité ni connexion – pratiquer l’équitation, cuisiner dans une ancienne grange, cohabiter avec les nombreux animaux et insectes présents. Ceci, avec une vue imprenable sur la Drôme des collines…

Une fois passé les difficultés administratives imposées par nos partenaires financiers (CAF pour le séjour enfant et ANCV pour le séjour famille), nous avons limité notre présence à 19 personnes sur chaque période. Ceci nous semblait être la limite maximale pour un accueil digne de ce nom. Nous avons eu connaissance seulement le matin même du départ pour le premier séjour (et la veille pour le second), de la liste définitive des participants et encadrants.

Ensuite, nous avons été accueillis par Brith et Olivier, propriétaires du site, qui nous ont réservé l’accès exclusif de tout l’espace dès notre arrivée et durant les 10 jours de notre présence.

Tout s’est très vite enchaîné !

Bien qu’ayant collectivement étudié et programmé nos départs respectifs, le déroulement du séjour s’est improvisé de manière assez spontanée, magique et bienveillante. Notamment, lors du séjour « famille » ou l’implication de chacun est progressivement devenue égalitaire.

La sortie du quartier par ce voyage vers un site aussi sobre et naturel a eu des impacts rapidement évaluables, auprès des enfants notamment, par de l’entraide et de la bienveillance permanente, une restriction des conflits exponentielle (3 accrochages en tout) et une utilisation des insultes quasi réduite à néant durant ces 10 journées… ce qui n’est pas rien!

Les sourires, temps de partage et envie de rester et/ou d’y retourner sont clairement des indicateurs positifs de ces actions.

Très loin des sorties dites « de consommation » – à l’exception d’une journée au lac, avec une activité pédalo – nous avons pris beaucoup de plaisir à :

  • La réalisation de taches de la vie quotidienne, vaisselle, courses, cuisine, nettoyage, avec un planning pour le premier séjour et à l’instinct pour le second.
  • Au partage de temps de jeu de société, jeux collectifs nocturnes et parties de foot endiablées sur la carrière du centre équestre.
  • Boire de l’eau et limiter la consommation de produits sucrés après épuisement rapide des importantes réserves.
  • Combattre nos peurs de l’équitation, des insectes, souris, chiens, du noir, de l’eau et de la collectivité.
  • Passer 5 jours et 4 nuits en extérieur – parfois en période de canicule.
  • Progressivement oublier certaines contraintes vestimentaires et esthétiques que nous nous imposons dans nos quotidiens respectifs à Saint-Etienne

Nous avons basculé vers ce que Pierre Rabhi nomme : la « sobriété heureuse ».

Reprendre l’ensemble de ce qui s’est passé sur ces deux semaines serait impossible et/ou irrespectueux pour ces temps individuels et collectifs qui seront à jamais gravés dans nos mémoires et tellement importants pour nos vies futurs et réciproques. 

Néanmoins les échanges que nous entretenons entre participants depuis notre retour sur Tarentaize parlent d’eux-mêmes et nous souhaitons provoquer de nouveau ce type d’action pour l’été prochain, Inch Allah !

L’équipe et les parents des enfants présents sont unanimes sur l’impression d’émancipation et l’ambiance qui s’est très largement améliorée lors des terrains depuis le déroulement de l’ensemble des actions que nous avons établies durant cet été.

Mais, la question demeure : aurons-nous suffisamment de force humaine, partenariales et financières pour perpétuer cette expérience durant l’été 2020 ???….

A suivre…

Bertrand.

Publié par Terrain D'entente dans 2019, 2020, Activités en extérieur, Témoignage, Vacances pour tous, 0 commentaire

THEATRE FORUM: « Gens d’ici et d’en face » Compagnie Les Fées Rosses

Une centaine de spectateurs

A Terrain d’Entente, depuis plus de 8 ans, avec les familles de Tarentaize, nous ne nous contentons pas de dénoncer ce qui est inacceptable. Nous cherchons collectivement  des réponses à toutes ces situations d’injustice et d’inégalité pour qu’elles ne nous écrasent plus, pour ne plus les subir. 

Pour tenter de sortir de ces impasses, nous devons faire face ensemble aux problèmes qui nous accablent et  nous efforcer de mieux comprendre ce qui est en jeu. Nous  savons qu’il ne faut pas renoncer, il faut chercher encore et encore. C’est un long chemin, douloureux, incertain. Parfois il devient possible de régler un problème. 

Il est indispensable de rendre visible ce qui est caché.

Il y a toujours un grand sentiment de honte à vivre des difficultés face auxquelles ont se sent impuissant. Le danger est de garder en soi ce qui nous fait souffrir et de s’isoler pour ne pas prendre le risque d’être mis à nu dans cette détresse là. L’impuissance nous condamne au silence et nous enferme. Ce sentiment d’être impuissant, d’être condamné à subir, nous amène à projeter les problèmes qui nous envahissent,  ailleurs, sur d’autres qu’on imagine responsables, sans discernement. L’impuissance brouille notre vision, notre compréhension. Ce sentiment d’être impuissant nourrit les amertumes, les rancoeurs, et parfois nous fait ressentir de la haine. L’impuissance est un danger qui menace nos relations, nos liens. 

La meilleure façon de tenter de sortir de ces impasses, c’est de donner la parole à ceux qui ne l’ont jamais, et d’inventer des formes de manifestations qui rassemblent. A Terrain d’Entente, nous cherchons aujourd’hui à rejoindre d’autres collectifs qui trouvent d’autres formes de constructions collectives et d’expression.

Et nous avons fait tout récemment une belle rencontre avec une troupe de théâtre les « Fées Rosses ». Des femmes et des enfants, des comédiennes et des amateurs qui proposent des animations avec la technique du « Théâtre Forum ».

La troupe « les Fées Rosses »


Le théâtre forum est un moyen puissant pour exprimer, extérioriser, donner à voir et à comprendre, partager ce qui nous accable et ce qui nous fait espérer. Il propose un spectacle inter actif qui invite le public à participer. Il met en scène des situations vécues comme injustes, discriminantes, des petites tranches de vie qui font écho en nous, qu’on se reconnaisse dans ce qui manifesté ou bien qu’on s’en  indigne. Ce qui est mis en scène mobilise très fortement les affects et permet ainsi de comprendre de quoi il est vraiment question pour celui qui se sent victime. L’objectif est de réfléchir à la meilleure façon de transformer ces situations injustes. Les spectateurs peuvent donc se porter volontaires pour devenir acteurs, monter sur scène et contribuer à un changement dans les rapports humains tels qu’ils étaient instaurés. En jouant un rôle dans la saynète, chacun s’essaye  à trouver des issues à cette injustice. 

des spectateurs interviennent
un spectateur intervient

Le théâtre forum est une invitation pour chacun d’entre nous justement de ne plus rester un spectateur impuissant face à ce qui nous accable, de se sentir victime, mais de prendre conscience qu’il peut être possible de ne plus subir. En créant un cadre, un espace de réflexion, un petit laboratoire d’expérimentation, nous pouvons nous essayer à participer, rechercher le rôle que nous avons à jouer, et réaliser qu’il nous reste une partie de responsabilité donc une possibilité d’agir pour résoudre les problèmes.

Ce mode d’expression qui interpelle et qui invite à devenir acteur, nous vient du Théâtre des Opprimés de Paolo Freire. L’objectif essentiel est de résoudre les problèmes qui se posent à certains et mettre en évidence qu’ils nous impactent tous, que l’on en soi victime ou pas. Ils impactent notre devenir d’humains, nos aspirations à vivre selon les principes fondamentaux d’égale dignité de chacun. Des principes de relations humaines respectueuses de chacun, qui nous protègent tous.

Troupe et intervenants, tous sur scène pour saluer!

Ce Dimanche 20 Octobre, nous avons vibré au rythme des expériences évoquées par la troupe les Fées Rosses qui ont fait le chemin depuis Grenoble pour nous rejoindre. Une poignée de femmes, accompagnées de deux enfants nous ont offert le spectacle « Gens d’Ici et d’en Face ». Voici la démarche essentielle de cette troupe:

« Pour tenter de prendre le temps de se regarder autrement, de déconstruire les préjugés qui nous enferment et de créer ensemble afin de nous comprendre, pour que chacun-e puisse interroger sa relation à son identité et à sa communauté, à son espace de vie, à ce monde complexe en perpétuel mouvement… »

« Gens d’ici et d’en face » nous a tous, petits et grands, parlé au coeur. Ce spectacle était joué par des comédiens rayonnants. Rayonnants parce que debout à prendre à bras le corps leurs problèmes pour ne plus rester victimes.

Ils ont su nous livrer des épisodes de leur vie dans lesquels beaucoup se sont reconnus, beaucoup se sont indignés. Parce que ce sont chaque fois des expériences d’humiliation qui laissent des traces et qui risquent une mise à mal durable de notre devenir collectif.

Un spectacle qui manifeste d’une émancipation aboutie où l’on refuse d’être enfermé dans une identité.

Nous avons fait ce jour là, un grand voyage dans les méandres de ce qui nous déshumanise. Il a été question de discrimination face à l’emploi, de la fermeture brutale, violente, destructrice  des frontières de l’Europe, du contrôle au faciès, du voile à l’école, du voile dans nos espaces publics, du voile qui alimente jusqu’à la nausée tous nos phantasmes d’invasion. 

Il a été question de  tout ce qui verrouille, enferme et isole. Il a été question de tout ce qui  interdit la différence, la rencontre de l’altérité, et l’infinie richesse qu’elle nous promet de découvrir et de partager. 

Nous étions une centaine à partager les questions évoquées. Des familles du quartier de Tarentaize avec tous leurs enfants, des amis militants qui s’inquiètent de toutes ces questions de société qui se manifestent de plus en plus durement autour de nous. Des questions représentées systématiquement comme des menaces alors que l’on sait que ce sont pour nous tous des ressources pour apprendre à mieux vivre tous ensemble, à ouvrir nos horizons et à mieux comprendre le monde qui nous entoure.

Nous nous sommes donc retrouvés dans un côte à côte, et nous avons tenté, petits et grands, de prendre notre place pour tenter d’agir et transformer ce que nous n’acceptons pas.

Le Théâtre Forum est un outil qui redonne de l’espoir parce qu’il permet à chacun de prendre sa place et d’être encouragé à mobiliser ses ressources: sa réflexion, son inventivité, son courage, au service de notre intérêt commun, pour tenter de régler des problèmes qui nous concernent tous.  


Il nous faut donc chercher tous les moyens possibles pour que, face aux injustices, nous  choisissions l’engagement, face aux différences,  nous choisissions la rencontre, face au combat du quotidien, nous puisions notre  énergie dans nos identités plurielles. 

Josiane GUNTHER Octobre 2019

Publié par Terrain D'entente dans 2019, Évènements, Rencontres, Théâtre, 0 commentaire

Une journée à Retournac pendant les vacances de février

Les sorties à Retournac sont devenues une tradition depuis plusieurs années. Ces journées représentent une respiration considérable pour les habitants de notre quartier  qui n’ont que trop peu d’occasions de bénéficier d’espaces de ressourcement. Nos amis paysans de la Ferme des Fromentaux sont ravis de nous faire partager cette magnifique nature qui nous offre si généreusement ses charmes. 

Nous étions 28 personnes à profiter de cette belle journée ensoleillée. Des petits, des plus grands, des mères de famille. Nous avons voyagé en train. Le trajet a été calme et joyeux. Nous avons pu à loisir admirer le beau défilé de la Loire scintillante, nous enthousiasmer des troupeaux de vaches et de moutons qui broutaient dans les près. Ce sont pour nous, gens de la ville, des spectacles plutôt inédits et que nous savons apprécier à leur juste valeur.  

Tout a contribué à ce que cette journée soit joyeuse et paisible pour chacun d’entre nous. Tout d’abord l’accueil  simple et amicale de nos hôtes qui nous signifient à chacune de nos visites  que nous sommes ici chez nous.  

Eh puis aussi toutes les découvertes que nous avons fait ensemble. Nous avons pu nous réjouir face au cheval et à l’âne qui nous ont accordé leur confiance en acceptant de manger dans nos mains l’herbe qui nous leur offrions; des lapins un peu craintifs mais que nous sommes parvenus à caresser un peu; des canards qui barbotaient langoureusement dans la Loire qui scintillait de mille feus.  J’ai laissé le meilleur pour la fin! 

Nous sommes arrivés en pleine période de mise à bas des chèvres, de nombreux chevreaux étaient encore sous la mamelle de leurs mères et une jeune chèvre à mis son chevreau au monde sous nos yeux! Une expérience complètement nouvelle pour nous tous, impressionnante. Les questions ont fusé, Teddy Lou a pris le temps d’expliquer, de commenter l’évolution de la sortie du chevreau du ventre de sa mère. Les enfants ont réalisé que nous avions un peu la même façon de venir au monde. Nous sommes de la famille des mammifères. Dans les heures qui ont suivies, le chevreau tentait de faire ses premières pas. C’est ce qui nous distingue le plus de cette famille de mammifères, notre lente évolution vers l’autonomie. De belles questions, de belles prises de conscience sur la magie de la vie….

Une émotion aussi forte nous a ouvert considérablement l’appétit. Heureusement parce que chaque famille avait prévu des plats exceptionnels en quantité impressionnante!

Nos amis paysans sont venus à notre table. Nous étions près de 40 à partager ce repas. Une occasion très conviviale de faire un peu plus connaissance, de créer des liens, de mieux comprendre la réalité de nos modes de vie tellement différents. Sachant que ces amis sont pour la plupart bénéficiaires du RSA comme de nombreuses familles qui font partie de notre collectif. Nous pouvons mesurer ensemble les contraintes de chacun, le travail considérable que nécessite l’activité d’une ferme et la joie aussi de se sentir en accord avec la nature, d’en prendre soin, d’y contribuer collectivement ce qui rend soutenable toute cette charge de travail. Tout comme notre collectif qui organise des évènements qui peuvent aboutir parce que nous sommes ensemble pour les réaliser.

Pour le retour nous avons décidé de faire le trajet à pied jusqu’à la gare pour profiter de cette belle nature. Aucun enfant ne s’est plaint de la fatigue, trop occupé à grimper sur les rochers qui bordaient le sentier forestier,  à se remémorer   ensemble tout ce que nous avions découvert, à se passionner sur la vie des animaux. 

Des journées qui permettent d’approfondir nos liens qui se tissent depuis toutes ces années, entre enfants et adultes, de rêver à d’autres sorties en familles, à d’autres projets plus ambitieux, d’éprouver le bénéfice d’appartenir et de construire ensemble ce collectif. De percevoir que les autres sont notre force et notre ressource pour développer ce qui est nécessaire pour que le quotidien devienne meilleur pour chacun d’entre nous. 

Publié par Terrain D'entente dans 2019, Activités en extérieur, Rencontres, Témoignage, 0 commentaire

Une belle fête prise en charge par des élèves de la MFR

C’est la deuxième année que nous organisons un partenariat avec la MFR de St Etienne. Nous avons été sensibles à la démarche de cette école qui est très proche de la nôtre. Nous avons la même volonté de construire un climat de respect mutuel avec les enfants et les jeunes, en laissant le plus possible l’espace pour la libre initiative des uns et des autres. L’école encourage donc chaque année les élèves de terminale à prendre part à l’activité d’une association qu’ils choisissent librement, et à y apporter leur contribution pour enrichir un temps particulier. 

Cette année, une jeune que nous connaissons bien, accompagnée de plusieurs camarades de l’école,  a proposé à Terrain d’entente d’organiser une fête ouverte à tous. Cette initiative nous a paru tout à fait adaptée à notre volonté de rassembler les familles autour d’évènements festifs. Nous saisissons toutes les opportunités possibles pour nous rencontrer et partager des moments de joie.

C’est dire si cette jeune fille, qui a été présente plusieurs années dans notre collectif, a bien compris  et repéré ce qui nous était cher. Elle a su s’approprier ces valeurs comme une préoccupation importante.

Ces 5 jeunes de 17 ans ont su s’organiser dans la durée pour mettre en place ce projet avec la présence d’un membre de notre équipe. Elles sont venues présenter leur proposition un vendredi au café des femmes. Les adultes présents ont accueillis favorablement cette perspective. Nous avons contribué de notre mieux pour que cette fête puisse aboutir: réservation de la salle, du matériel vidéo, confection de gâteaux.

Ce samedi 23 Février, nous avons tous profité d’une très belle fête jamais encore réalisée à Terrain d’Entente. Plus de 80 personnes étaient présentes tout au long de la soirée. Elles ont été nombreuses, de toutes les générations, à danser en se laissant guider par la musique et le rythme proposé par ces demoiselles. Plusieurs ont participé au karaoké où des chansons très diverses avaient été sélectionnées à partir de la demande des participants. Le service a été assuré par différentes adhérentes tout au long de la soirée.

Nous faisons toujours ce constat positif. Tout ce qui est mis en place dans notre collectif se réalise grâce à la participation active de nombreux membres. Très peu de choses seraient possible autrement.

Nous avons eu la joie d’une visite impromptue de notre groupe d’adolescents qui  n’a pas osé prendre le risque de perturber cette fête familiale. Ces garçons se sont installés discrètement à proximité de la salle et ont su être très gratifiants face au goûter que nous leur avons offert. Un autre sujet de satisfaction pour notre collectif: la qualité de la relation qui s’est construite au fil des années et qui permet à chacun d’entre nous de savoir respecter un temps qui ne lui est pas forcement dédié, sachant que chaque envie est prise en compte de façon à lui apporter satisfaction chaque fois que possible.

Publié par Terrain D'entente dans 2019, Évènements, Rencontres, 0 commentaire

L’émission de France Inter Vendredi 22 Février

Je reçois un appel téléphonique de Sandrine OUDIN, journaliste à France Inter, responsable de l’émission « Les bonnes ondes ». Elle m’explique qu’elle a découvert notre site et s’est enthousiasmée de notre démarche, elle souhaiterait nous rencontrer mais elle imagine que l’hiver, nous ne sommes pas présents  sur le terrain. Je lui réponds que nous sommes présents tout au long de l’année, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige. 

Nous prenons rendez vous le mercredi 13 Février. Elle m’apprend qu’une équipe de journalistes de  France Inter sera présente très prochainement  à St Etienne pour interroger le mouvement des « gilets jaunes » et  tenter de comprendre la réalité et les questions qui se posent sur notre territoire.

« Les bonnes ondes » ont pour principe de saluer les initiatives positives qui sont actives dans les différentes régions du territoire. A St Etienne, l’attention de France Inter a été retenue par ce qui se construit dans notre collectif depuis près de huit ans!

De nombreux adultes de notre association se sont donnés rendez vous ce jour là. Malgré la peur de parler au micro de Sandrine OUDIN, ils souhaitaient  être présents pour témoigner du sentiment d’abandon partagé par beaucoup. Plusieurs ont trouver le courage de prendre la parole. 

 « C’est un quartier à part, c’est un quartier pauvre ». « Vous voulez dire qu’il n’y a rien ». « Oui, il n’y a rien pour nous« . « La vie est très dure, on coule, on n’arrive pas à remonter à la surface« .   

Ils ont souhaité dire également ce que  nous savons construire tous ensemble années après années,  ce qui nous redonne de l’espoir, ce qui nous aide à tenir le coup parce que nous n’avons plus le sentiment d’être seuls pour faire face aux difficultés qui s’aggravent.

« Terrain d’Entente c’est gratuit, ça ne nous coûte rien du tout. Grâce à Terrain d’Entente, toutes les familles sortent, sinon il n’y a rien. C’est une sorte d’oxygène pour moi. Terrain d’Entente a rempli le gros trou dans ma vie ». 

Les enfants ont su dire ce qui était important pour eux, se retrouver avec d’autres, sortir de la solitude, être moins souvent devant cette télévision où l’on s’ennui beaucoup.

« Ils nous aident  à s’aimer avec les autres, ils font des activités avec les moyens du bord« .   

Sandrine nous a consacré un après midi. Malgré les contrainte de son émission, en 5 minutes, elle a su mettre en valeur ce dont Terrain d’Entente est témoin depuis toutes ces années.

« Des gens prêts à se mobiliser quand ça a du sens pour eux« .  

Un grand merci pour ce travail.

Pour entendre l’émission :  https://www.franceinter.fr/emissions/la-solution-a-tout

Publié par Terrain D'entente dans 2019, Article de Presse, Médias, Témoignage, 0 commentaire

La vente des crêpes devant la médiathèque

Les enfants prennent de plus en plus d’initiatives et les assument de manière positive. Nos séjours vacances depuis toutes ces années développent des envies pour partir plus souvent, en s’organisant pour en assumer les contraintes. Nos moyens financiers restent toujours très modestes, les enfants en sont conscients  et s’efforcent de contribuer à trouver d’autres formes de ressources qui pourraient apporter un complément à nos demandes de subvention. 

Le conseil des enfants est l’occasion d’aborder également cette réalité: la façon dont Terrain d’Entente assure le financement de nos différentes actions. Terrain d’Entente comprenant  tous les membres de notre collectif. Donc chacun, de tout âge et de toute génération,  est concerné par les différentes questions que nous nous posons, pour assurer la gestion de nos nombreux projets. 

Notre volonté est qu’aucun de nos membres n’ait pas à renoncer à une envie, avec comme condition préalable, que tous ceux qui se sentent concernés  s’accordent  le temps nécessaire à réfléchir ensemble pour rendre viable un projet. La meilleure façon d’envisager des solutions est de prendre en compte la réflexion, les propositions, les idées des uns et des autres. Les enfants ont un dynamisme invraisemblable, une créativité infinie. Notre force est de savoir nous appuyer  sur cette ressource inépuisable. 

Une dizaine d’enfants ont émis le souhait d’organiser un séjour de quelques nuitées pour cet été. Ils se sont inquiétés rapidement du mode de financement de cette sortie un peu plus conséquente que ce que nous savons déjà organiser avec eux.

A force de discussions, ils ont envisagé de fabriquer des objets que nous pourrions vendre. Peu à peu l’idée de faire des crêpes devant la médiathèque est apparue comme la solution la plus réalisable, la plus à notre portée à ce jour.

Toute une organisation s’est mise en route pour anticiper cette action. Plusieurs réunions ont été nécessaires où plusieurs enfants ont su être fidèles à leur engagement tout au long de cette période de préparation. Les enfants responsables de cette initiative se sont adressés à différents adultes pour les mettre à contribution. Plusieurs ont accepté de faire quelques dizaines de crêpes de façon à avoir une petite réserve pour éviter d’être débordé par les commandes.

Nous avons l’expérience de réaliser des goûters sur le terrain, nous savons faire des crêpes dans les mêmes conditions que lorsque nous nous retrouvons en camping. Notre carriole nous permet de transporter le matériel nécessaire et d’être identifier d’une manière amusante et sympathique.

Une belle affiche, des flyers ont été réalisés pour annoncer cette vente et expliquer cette initiative.

Les enfants se sont répartis les différentes tâches. Celui qui faisait cuire les crêpes, celui qui les garnissait, celui qui prenait les commandes, ceux qui abordaient les personnes pour leur expliquer les raisons de notre présence devant la médiathèque.

Chacun a pris sa tâche très au sérieux et là réalisée avec beaucoup d’application. Un membre de la médiathèque est sorti pour nous féliciter, s’interrogeant sur les possibilités de mettre en commun certaines actions pour les enrichir par l’initiative de chacun.

De nombreux adultes abordés ont réagit très positivement en saluant cette initiative, en prenant le temps de discuter avec les enfants sur leur projet, en s’intéressant  au mode d’organisation de notre association, ce qu’elle réalisait, en manifestant leur enthousiasme et leurs encouragements pour le succès de cette journée. 

Un réel succès en effet. Une expérience très gratifiante où chacun a pris la mesure de sa capacité à tenir un engagement, à pouvoir compter sur les autres dans un climat de respect. Une image de respectabilité retrouvée pour ces enfants qui éprouvent parfois la méfiance et  le rejet de certains adultes qui ont tendance à condamner, sanctionner des actes sans prendre le temps de comprendre ce qui peut les motiver. 

Des enfants capables de concevoir collectivement une action d’un bout à l’autre et de là mener à bien de manière responsable, sérieuse, positive.

De ces expériences qui nous tirent tous vers le haut qui nous font mesurer l’impact bénéfique du choix de la confiance, de la prise au sérieux des suggestions que les enfants savent tenir et assumer quand ils se sentent pris en considération. 

Publié par Terrain D'entente dans 2019, Activités en extérieur, 0 commentaire